v'hé31.com

aventuristes sur 2 roues!

28 juillet 2009, strong crosswind ahead

Levée 08H00
Départ 10H30
Diner-souper à Jasper
Arrivée à 21H00 au Days inn de Prince George

Temps de déplacement 7H52
703 KM

Toute la journée il fera soleil, petite pluie, soleil, mini pluie se qui occasionne un beau mélange de nuages au dessus des montagnes.
IMG_1067
On a fait la grâce matinée, il pleuvasse dehors, on est supposé avoir une petite journée et se rendre uniquement à Jasper soit 300km. On prend ça relaxe, je fais des téléphones... je flâne.  Tranquillement on part, on fait un détour pour aller sur la montagne. On l'a pas monté au complet on était trop dans les nuages, je le suis moi aussi; je flotte sur mon petit nuage depuis le début de notre voyage. Tout va bien, la route nous rends bien les kilomètres que nous parcourons, la température nous sourie et l'ambiance est magnifique. Martin est sûrement le meilleur partner de voyage qui existe!  Nous prenons la 1A question de ne pas voir de trafic.

Le « lac des petits poissons », ou mieux connu sous le nom du lac Louise a été ainsi baptisé en 1884 en l'honneur de la princesse Louise Caroline Alberta, fille de la reine Victoria.
Situé à 67 km de la ville de Banff, le lac est réputé pour ses eaux turquoises alimentées de la fonte des glaciers dont la température ne dépasse guère le point de congélation. Long de 2,4 km et large de 1,2 km, il se déverse dans la rivière Bow.
IMG_1071
Sur sa berge se trouve le Fairmont Château Lake Louise Hotel, dont la construction remonte à 1890 (il a été restauré en 1990). Cet hôtel a été nommé, par la revue Gourmet, l'hôtel jouissant du « meilleur paysage au monde ». Si certains le considèrent comme l'un des plus beaux hôtels de l'Alberta, moi je déplore son manque de caractère, il est fade.
IMG_0741

IMG_0723
Sur la 93 nous avons caressé encore le turquoise, voici le Bow Lake. À mes yeux, il n'a absolument rien à envier au Lac Louise. Le Bow Lake est un des lacs se trouvant sur la Promenade des Glaciers.
DSCN0827

IMG_0717
La mère des fleuves', le champ de glace Columbia, chevauche la frontière entre le Parc national de Banff et le Parc national de Jasper. L’eau de ce champ de glace se déverse dans les océans Pacifique et Arctique.

IMG_0766
Le champ de glace Columbia est un vestige de l'épaisse masse de glace qui recouvrait autrefois les montagnes de l'Ouest canadien avec une superficie de quelque 325 km2 de neige et de glace d'une profondeur de 365 mètres. La plupart des précipitations y tombent sous forme de neige et peuvent atteindre sept mètres par année! Puisqu'il tombe plus de neige dans une année que ce qu'il peut en fondre durant les courts étés, celle-ci s'accumule. Avec le temps, la neige se transforme en glace et commence à s'écouler par les cols des montagnes entourant le champ de glace, ce qui crée d'immenses langues de glace appelées glaciers. Il abrite environ 30 glaciers distincts, les plus importants étant ceux de la Saskatchewan et de l'Athabasca.
IMG_0746
SAVIEZ-VOUS QUE?:  Le glacier Athabasca est le glacier le plus visité du continent nord-américain. Situé en face du Centre du Champ-de-Glace, il est continuellement en mouvement puisqu'il franchit en rampant plusieurs centimètres par jour. En raison du climat plus doux, le glacier Athabasca s'estompe depuis 125 ans. Ayant perdu la moitié de son volume et connu un recul de plus de 1,5 km, ce glacier a fait place dans son sillage à un paysage lunaire.
IMG_1073
La ville de Jasper est correcte mais sans plus. On y dine-soupe vers 16hr, et 'O suprise!!!!' on décide de continuer vers Prince George. J'ai un léger doute qui plane dans mon esprit sur le fait qu'il y ait un ferry qui par de Prince Rupert pour Skagway le vendredi donc soit que nous allions plus vite ou nous prenons du repos. On se reposera sur le ferry! Go on part.
IMG_0787
Vers 18H00 on a encore reculé l'heure, cette fois-ci j'ai vue la pancarte, donc 3 heures de décalage avec le QC.
IMG_0784
Sur la première partie de la 16 WEST le Moose lake et son immense montagne nous émerveillent, la rivière Fraser nous accompagne pas très longtemps et par après la route devient monotone.
DSCN0835
La ville de Prince George est très grande, il y a environ une dizaine d'hôtel, il ne manquait pas de choix. On est tombé sur le "manager" le plus sympathique, Martin a pu recommencer à raconter notre itinéraire pour la 300e fois. Malgré qu'il soit tard j'en profite pour faire du lavage.

Ma tétine goute le plastique.

Demain on doit se rendre à Prince-Rupert.  L'Alaska approche et un repos de 2 jours sur le ferry aussi!



29 juillet 2009, On est impressionnés

Levée 06H00
Départ 08H00
Diner à l'intersection de la 16 west et de l'Alaska highway
Arrivée vers 17H30 au Anchor inn de Prince Rupert

Temps de déplacement 7H47
737 KM

Température suffocante... mais magnifique dans les montagnes et sur le bord de l'eau!

Nous partons tôt dans l'espoir d'arriver à temps afin d'acheter nos billets pour le ferry à Prince-Rupert; en se dépêchant on devait arriver avant 17H00. Je trépigne sur place tellement j'ai hâte d'embarquer sur le ferry; 2 jours de congé, 2 jours sans casque sur la tête, 2 jours habillé en humain!

La première partie du trajet fut pénible et encore plus quand il a commencé à faire trop chaud, je devais tenir la visière de mon casque fermée car l'air qui y entrait était brulante. La route qui nous divertit point, la chaleur qui nous rends la tâche encore plus difficile, la journée ne s'annonce pas très prometteuse. Rien à voir par ici, on roule et roule et roule pour avoir un peu d'air.

Quand nous sommes arrêté diner à l'intersection de la 16 west et de l'Alaska highway, nous étions plusieurs motocyclistes à suffoquer par cette chaleur. Certains revenaient un peu plus tôt que prévu de leur voyage en Alaska dû à la température et au feu de forêt. Tous les double-usagistes sont habillés et protégés, sauf que certains n'ont pas de camel back et ne s'hydrate pas régulièrement! Même si nous avons de la ventilation, le vent est presque bouillant... Je vous le jure, je suis vraiment heureuse d'avoir ma tétine avec moi!

Nous avons rencontré à l'heure du lunch un policier qui parlait français, il revenait d'une scène de suicide; un jeune qui avait sauté d'un pont et malgré tout... la conversation revenait toujours aux à la chaleur accablante!  

Mais tout s'améliora tranquillement, le paysage de plus en plus agréable, l'air de plus en plus frais pour devenir tranquillement le paradis après Terrace.

IMG_1075
Avant de se jeter dans l'océan la Skeena river, qui a une longueur de 570 km, traverse le massif montagneux de la Chaîne côtière et permet ainsi le passage par route terrestre entre les régions de la côte et de l'intérieur.
IMG_1076
La Skeena est l'un des plus longs fleuves au monde sans le moindre barrage sur son cours. Son courant est particulièrement tourmenté, ce qui rend la navigation quasiment impossible.
IMG_0808
Les cinq espèces de saumons du Pacifique sont toutes présentes dans la Skeena, ainsi que la truite arc-en-ciel et une vingtaine d'autres espèces de poissons d'eau douce.
IMG_0819
Arrivé à Prince-Rupert nous faisons un petit tour de ville pour trouver le Ferry. Prince Rupert est situé à l'embouchure de la rivière Skeena et est la plus pluvieuse des villes canadiennes en recevant 2552 mm de précipitations par année. Elle constitue le terminal ouest de la route transcanadienne Yellowhead.
IMG_0799
En arrivant au port on nous informe que la billeterie fermait à 15h30.  La déception se lit sur mon visage. Il faut revenir à 04H30 demain matin pour avoir une place sur le ferry. On revient sur nos pas et je choisi l'hôtel le plus près du port. Je suis énervée, anxieuse et un peu stressée. J'ai peur qu'il manque de place et que nous soyons obligé d'attendre 2 jours ici, ce qui ne serait pas très agréable car la ville est pas très sympathique, rien de déplaisant mais rien pour non plus. Après un souper au resto-bar qui se dévoila plus agréable à manger que l'endroit tel quel, on s'en retourne à notre chambre. Trop insécure, je m'enfarge dans l'internet de l'hôtel et réserve les billets en ligne, je me demande si je suis trop tard pour les réservations, si en quelques heures l'information se rendra... Quoi?! On est quand même loin ici!
IMG_1077
Le ferry part à 07H00. Wake up call et alarme sont mis, reste à m'endormir... Il fait claire encore dehors... Je sens l'odeur de l'océan, je vais rêver à l'Alaska.


30 juillet 2009, Sur un petit navire
Nous arriverons enfin en Alaska.
Temps de déplacement 00H10min
5 km ...  


Il fait noir. Ça fait du bien. On s'est levée avec le wake up call à 4H00, le téléphone... drôle de bruit après 12 jours sans sonnerie. On embarque les valises sur les motos et je constate que mes papillons m'ont retrouvés! Ils me chatouillent l'estomac. En passant je récupère quelques muffins et fruits au buffet du déjeuner. Je cours presque, non je flotte, que dis-je? Mes papillons me transportent!
IMG_0841
À 4H45 nous arrivons à la gate du ferry, un gardien nous arrête, ils nous demande nos noms. Serons-nous sur la liste? Est-ce que l'internet à trouvé son chemin jusqu'ici? Nous sommes sur la liste. Les papillons s'envolent, me libérant. On fait la file pour la douane et la récupération de nos billets. Tout se déroule très bien, vive l'informatique. Les douaniers me trouvent drôle avec ma grosse moto, mon Spot, mon GPS, mes valises et mon grand sourire. On placotte un brin.
IMG_0848
On va attendre sagement en ligne pendant 1H30.
IMG_1078
On contemplera l'oiseau de proie (les aigles, animal emblématique des Etats-Unis, sont presque toujours au rendez-vous dans chaque port à l'arrivée des bateaux), l'homme qui promène son chien, le capitaine du navire qui viens serré dans ses bras sa femme, les voitures qui s'accumulent derrière nous, l'homme à la bicyclette.

On prendra le temps de respirer le turquoise.
IMG_0852
Enfin on s'en vient nous chercher! Très sympathique ce monsieur, il nous conseillera sur le comment attacher nos motos.
IMG_1080
Nous partons à la découverte du bout du monde qui semble inchangé depuis la nuit des temps! Le paradis du double-usage et spécialement celui de la ‘GS’!  Nous allons d'ailleurs en rencontrer autant que chez un concessionnaire BWM!!!

Les navire de la flotte porte des noms de glacier. Le Glacier Taku est un glacier côtier de l'Alaska du Sud-Est, juste au sud-est de la ville de Juneau. Il se trouve dans les Coast Mountains et prend naissance dans la calotte glaciaire de Juneau dont il est le plus grand glacier. Le glacier, qui converge vers la Taku River dans la baie Taku, a plusieurs fois progressé dans son histoire jusqu'à ce qu'il bloque la rivière, créant un lac, suivi par une dramatique rupture du barrage de glace. Le glacier a avancé de 7,5 kilomètres depuis 1890. Si cette avance continue, il bloquera de nouveau la rivière.

On découvre que notre cabine sera confortable; je suis bien heureuse de ne pas dormir sur le pont. On a besoin de bien récupérer, l'autre moitié du voyage nous attends. Que de luxe, on a même une douche! Le départ est fait, on se promène dans la brume, nous sommes fatigué alors nous décidons d'aller dormir un peu. Mon énervement est à son comble et dès que le bateau commence à tanguer je me demande si je rate quelques chose, tant pis je me lève sans réveiller le ronfleux et vais voir.

Il fait encore brumeux et il se passe rien. Nous sommes rendus en Alaska. Ce sont les Aléoutes qui ont donné son nom à l’Alaska - un nom à sa mesure, signifiant simplement « grande terre ».
IMG_1096
Je retourne me coucher et réussi à m'endormir. Je me lève vers 10H00, heure de l'Alaska pour constater qu'il fait très beau et que la vue est magnifique sur le « passage intérieur » de l'Alaska. Cette bande de terre de 800 kilomètres criblée de fjords et de glaciers et protégée des fureurs du Pacifique-Nord par l’archipel des îles. Skagway est, avec Haines, la seule ville du passage intérieur accessible par la route. Le bateau dessert Prince Rupert, Ketchikian, Wrangell, Petersburg, Kake, Sitka, Juneau, Haines, Skagway. On peut s'arrêter dans chacune de ces villes si on veut et prendre le ferry suivant.

La cafétéria étant plutôt déprimante, à l'arrêt de Ketchikan nous allons diner dans le pub d'un hôtel et retournons sur le bateau.
IMG_0874
Durant l'après-midi je me prélasse sur le dernier pont au Solarium. Le soleil me picotte le visage, qui a depuis 2 semaines, un casque qui le camoufle. Sur chaque bateau, il y a un pont solarium où l'on peut dormir avec son sleeping.
IMG_1097
Martin écoute un film. Je crois qu'il a besoin de décrocher, de mettre son cerveau à off. Je passerai mon temps entre les ponts et la "salle des contemplations", à rien faire, seulement à profiter de l'instant présent.
IMG_0980

IMG_0901
Il fait claire tard. Notre corps ne s'habitue pas à tant de clarté. Une chance que la cabine est très sombre.
IMG_1099
Le couché de soleil nous bercera pendant un bon moment.
IMG_1101

Il y a des instants que notre esprit capte, que notre coeur saisi, celui-ci en fût un.
IMG_1102
La fatigue qui nous assomme nous fera rater les aurore boréales... Demain nous changerons de traversier à Juneau. Je dors comme un bébé, je valse sur le turquoise.


31 juillet 2009, Moi j'aime ça l'eau!

Levée 08H00
Débarquement vers 21H30 à Skagway
Couché au camping vers 22H

Temps de déplacement 00H28
12.4km


Température Il fait encore très beau.

"Le monde a besoin d'horizon inviolés, du mystère des espaces inhabités. Il a besoin d'un pays où le loup est à l'affût... parce qu'un pays où il y  a des loups est un pays sain, équilibré et vigoureux. Le monde a désespérément besoin d'un pays où l'on puisse contempler les draperies de l'aurore boréale, dans la crainte respectueuse du silence glaciale des espaces sidéraux. Mais surtout le monde a besoin de savoir qu'il y a un endroit où l'homme vit harmonieusement des produits de la technique et des fruits de la nature. Cet endroit est l'Alaska."  
Robert Weden.
IMG_0985
Ah! l'Alaska, 49e État américain qui n'a pas été épargné par l'histoire. Découvert par les Russes, exposé aux massacres; ce bout du continent n’a longtemps vécu que pour être exploité. Racheté par les Américains en 1867 pour 7 200 000$. Plus grand états des État-Unis, dernière frontière, l'Alaska représente un cinquième de la superficie totale des États-Unis et pourrait contenir à la fois la France, l'Allemagne, l'Italie et la Grèce. Ceux qui ont aperçu ses glaciers, découvert ses pêcheries, ses ports de mer, ses étendues sauvages et enneigées en gardent un souvenir impérissable.

La puissance de son environnement nous déchire, nous fait sentir ridiculement minuscule. Des montagnes coiffées de glaciers aux neiges éternelles, des forêts à perte de vue, des glaciers et des rivières aux eaux parfaitement pures. Un lieu où s’évanouit tous les bruits. Les chaines de montagnes sont omniprésente et rassemble 17 des plus hauts sommets d'Amérique du nord. Plusieurs milliers de glaciers sont présents sur l'ensemble du territoire mais en majorité dans le sud du pays car les précipitations de neige y sont beaucoup plus importantes qu'au nord.

Certains affirment qu'il y a 3 000 rivières, mais comment les dénombrer elles sont partout?... Parmi les plus importantes se trouve le fleuve Yukon. Il prends sa source au Canada et traverse tout l'Alaska d'Est en Ouest pour se déverser dans la mer de Béring après un voyage de 3 190km charriant encore les pépites de la ruée vers l'or; une voie légendaire et historique. On y pêche le célèbre salmon King, car c'est bien lui le roi de l'Alaska puisqu'il fait vivre les animaux et les hommes de cette contrée.

SAVIEZ-VOUS QUE? Elle passe par-dessus les montagnes et entraine un raz de marée dont la vague principale mesure 30 mètres de haut. Elle se déplace à la vitesse de 180km/H dans la baie de Lituya! En mars 1964 le tremblement de terre le plus tristement célèbre de L'Alaska atteint une magnitude de 9,2 sur l'échelle de Richter et dura 4 minutes. L'énergie dissipée lors de la secousse est équivalente à l'explosion de 32 millions de tonnes de TNT ou 2000 fois l'énergie des bombes atomiques lâchées sur Hiroshima et Nagasaki.  En 22hrs, la vague formée atteignit les côtes japonaises pourtant distantes de 13 500 km, ce qui fait une vitesse moyenne de 600km/H!
IMG_0988
Le transfert du Taku au Malaspina se passa rapidement, même avec une demi-heure d'avance à Juneau (capitale de l'Alaska), on a pas eu le temps de rien voir. Juneau n'est pas relié par le réseau routier. Le seul moyen de s'y rendre est l’avion ou le bateau.
IMG_0993
Le Malaspina est plus petit que son prédécesseur mais il ne manque pas de place pour autant. Les 2 navires ont flotté sans surcharge. On se promenait tranquillement sur les ponts sans croiser âme qui vive.
IMG_1001
Dans la "salle des contemplations" il y avait une guide fort plaisante qui nous raconta les différents naufrages qu'il y a eu sur le parcours. Tout en l'écoutant on pouvait admirer le fjord et ses beautés indiscutables.
IMG_1104

IMG_1017
La teinte turquoise de l'eau est attribuable à l'érosion de la roche désagrégée en fine particule surnommé "rock flour" qui en suspension, teinte l'eau des glaciers de particules réfléchissantes. Selon la quantité des sédiments dans l'eau, la couleur prend différentes variantes allant d'un blanc transparent au vert émeraude.
IMG_1105
On a pris le temps de repasser au travers mes notes de voyage pour les compléter. Vaut mieux faire cet exercice quand tout est encore frais à notre mémoire.
IMG_1106
J'ai somnolé, assise, en regardant les glaciers.
IMG_1107
Le couché de soleil nous a subjugué comme la veille.
IMG_1045
Arrivé à Skagway il fait presque noir, on se dirige vers le camping qu'on pourrait appelé sauvage; sans eau, sans électricité mais avec ours compris. On arrive vers 22Hrs, on monte la tente rapidement, on célèbre avec quelques gorgée de scotch notre 'Alaska' et on se couche, confiant que le lendemain sera sans précédent... mais je demeure à l'écoute des pas de l'ours!
IMG_1108



01 août 2009, Va fumer dehors!

Levée 07H00
Départ 08H00
Arrivée à Beaver Creek vers 20H00 (21hr heure du Yukon mais nous on est sur l'heure de l'Alaska)

On traversera au Yukon pour dormir juste à la limite de la frontière

Temps de déplacement 6h53
650Km
IMG_1053
Levée tranquille vers 07H00, aucun ours à l'horizon, aucun ours à dérangé mon sommeil léger. On ramasse le tout tranquillement et on retourne prendre enfin un bon café au Starbucks de Skagway. Mon premier café digne de son nom depuis le début du voyage. J'en profite pour acheter mes stickers et regretter temporairement de ne pas avoir plus de place dans mes valises pour acheter plein de babioles.
IMG_1159
On continue à porter le chapeau de touriste. Martin est plus patient que moi pour faire la grande tournée...
IMG_1119
Pour la petite histoire, en Indien Tlingit, le mot Skagway signifie "maison du vent du nord". En 1897, Skagway devient célèbre grâce au "gold rush". Les premiers prospecteurs arrivent par bateau et la ville se développe à une vitesse fulgurante: à peine un an plus tard, sa population excède les 5000 habitants. La Chilkoot Trail y prend son départ; il s'agit de l'itinéraire emprunté par les chercheurs d'or. Nombreux d'entre eux y ont péri dû aux conditions météorologiques difficiles. Skagway entretient vivement la mémoire de ces gens. Au début des années 1900, le premier chemin de fer est construit pour traverser la White Pass, la porte d'entrée vers le Yukon.
IMG_1160
Le White Pass and Yukon Railway, d'une longueur de 175 km, est le chemin de fer le plus escarpé au Canada.
DSCN0865
Sa construction débute en 1898, avec un budget de 10 millions alors que le projet était considéré comme irréalisable; la construction de cette voie étroite est un véritable exploit d'ingénierie. Une trentaine des 35 000 hommes qui y sont engagés périssent sur le chantier. Le sommet du Col White à 3000 pieds est atteint en février 1899 et le dernier crampon est enfoncé à Carcross le 29 juillet 1900, mais les réserves d'or de la région sont déjà épuisées. Le chemin de fer survit tout de même en transportant des voyageurs et des marchandises. L'essor minier au Yukon ravive la voie ferrée qui sert au transport du plomb et du zinc. Le déclin de l'industrie minière entraîne la fermeture du White Pass and Yukon Railway en 1982 et prive Whitehorse d'un certain nombre d'emplois ainsi que de son lien entre transports maritime et ferroviaire.
DSCN0875
En prenant la Klondike highway (la route 2) nous avons pu admirer l'impressionnant décor de cette voie ferrée qui longe les montagnes escarpées (Whitepass). C'est une des belle route panoramique vers le Grand Nord.
IMG_1115

IMG_1114

IMG_1072
On longera plusieurs grands lac dont le Tutshi lake et le Tagish Lake.
IMG_1121

IMG_1112

IMG_1117

Au kilomètre 95, entre les montagnes et l'immense lac qui longe la route de l'Alaska, une grande ile au nom de Bove Island semble flotter, discrète, seule.
DSCN0890

IMG_1090
Au kilomètre 105.5 on fait un arrêt dans la petite ville de Carcross avec ses 30 bâtiments historiques.
IMG_1161
L'endroit s'appelle d'abord Caribou Crossing, mais il est rebaptisé en 1904 pour éviter toute confusion avec les localités du même nom en Alaska et en Colombie-Britannique. Il prend alors le nom de Carcross, une combinaison de la première syllabe de « Caribou » et de « Crossing ».
IMG_1124
On continu au Kilomètre 107.5 pour apercevoir le Carcross Desert “considéré comme le plus petit désert du monde” il mesure seulement 2,6 km2.
IMG_1122
Je voulais visiter le "Yukon suspension bridge" sous lequel se déverse la rivière Tutshi mais à ma grande surprise il nous est impossible d'y accéder sans payer 20$ par personne. Alors adieu pont suspendu, je peux voir cette rivière sans être suspendu à 57 pieds au dessus de son canyon. De toute manière mon vertige ne m'aurait pas aimé.

Au kilomètre 117 on admire le lac Emeraude, ses couleurs sont a couper le souffle et la limpidité de ses flots laisse voir un sable blanc plus qu'invitant pour y nager…
IMG_1123
Un arrêt à Whitehorse, capitale du Yukon. La ville s'étend surtout du côté Ouest du Fleuve Yukon adossée à un escarpement abrupt de 60 mètres de hauteur dont le sommet forme une mesa.
IMG_1126
Martin achète des pad de break KTM pour sa BMW chez un concessionnaire HONDA qui vend de tout... Enfin bref!
IMG_1127

On dîne au Boston pizza car le fameux Klondike Rib and Salmon BBQ est fermée aujourd'hui uniquement, manque de chance.
DSCN0904
La route de l'Alaska communément appelée Al-can (Alaska-Canada), est une route qui relie Dawson Creek, en Colombie-Britannique, à Fairbanks, en Alaska, via Whitehorse, au Yukon. Elle est longue de 2 451 km. Elle prend fin près au kilomètre 1422 au raccordement avec la grande route Richardson à Delta Junction environ 160 km au sud est de Fairbanks. Elle est numérotée 2 en Alaska, 1 au Yukon et 97 en Colombie-Britannique. Dans cette dernière province canadienne, les différents tronçons de l'autoroute 97 portent d'ailleurs le nom de la région qu'ils traversent: Alaska Highway, Okanagan Highway, Cariboo Highway... Elle longe des forêts de conifères (taïga), de spectaculaires cours d'eau et des chaînes de montagnes aux bonnets enneigés.

De Whitehorse on voyage dans les plaines pour se diriger vers les rocheuses. On monte jusqu'à Haines Junction pour ensuite longer le Parc national et la réserve de Kluane et découvrir son lac.
IMG_1096v
Le Parc Kluane est réputé pour les nombreuses ascensions difficiles, qui y attirent des alpinistes chevronnés de tous les coins du monde. On y retrouve le Mont-Logan qui est la plus haute montagne au Canada avec ses 5 959 mètres. Il est le deuxième plus haut sommet d'Amérique du Nord après le mont McKinley.
IMG_1132
La route devient plus boisée pour se rendre à Beaver Creek qui est à 457 km au nord-ouest de Whitehorse, tellement que l'on se croirait de retour chez-nous, enfin presque....
IMG_1099v
Malheureusement la suite devient flou pour nous puisqu'il y a un feu de forêt en Alaska et toutes les montagnes sont dans un écrin de dégradé de gris.
IMG_1120
Rendu à Beaver Creek on arrête au motel et le fils de du propriétaire nous prépare un sandwich vite fait car la cuisine est fermée. On est prêt pour une bonne nuit de sommeil.
IMG_1116